Le VerS nOir

Le VerS nOir

Le rouge de tes bras

Le rouge de tes bras

Y’a du liquide rouge qui coule
Lorsque tu tends le bras vers moi
Dis-moi si cela est plausible
Que tes larmes aient cette couleur-là

Mes questions dans un baluchon
Fermé de cordes de nylon
Lesté du remord des consciences
Fond dans la mare de l’innocence

Il y a du rouge plein par terre
On devrait mettre les patins
Le parquet, c’est pas son affaire
Mais il absorbe ton chagrin

Mes doutes s’en vont au bûcher
S’incendier en un tour de main
Les pompiers en sont désolés
Mais ils ne croient plus en demain

Le rouge descend l’escalier
Il doit en être au premier
Que vont en penser les voisins
Que recevrons-nous comme dédain ?

Mes appréhensions égorgées
Grimpent les marches de l’artifice
L’autel des rationalités
Nécessite des sacrifices

Le rouge maintenant est dans la rue
Les enfants mettent le pied dessus
Ah, l’insouciance des enfants
Et l’éclaboussure des passants

Maintenant ce n’est que le vide
Qui s’engouffre en grand tourbillon
Comme un tréfonds de l’Atlantide
Et qui m’inspire l’aspiration

La ville est tapissée de rouge
Mais déjà tu ne m’entends pas
Elle est très jolie ta couleur
Dommage que tu ne puisses voir ça…